La crise en Libye

Depuis février, à la suite de révoltes dans de nombreux pays arabes, c’est au tour de la Libye de sombrer dans la révolution. Cette crise politique et sociale a déjà fait des centaines de morts. Mais à quand la sortie du conflit ?

Fiche d’identité :

Nom du pays : Libye

Capitale : Tripoli

Superficie : 1 759 540 km2

Population : plus de 6 000 000 habitants

Monnaie : Dinar Libyen (LYD)

Climat : méditerranéen au bord de la mer, désertique dans les terres

Autre : Le dirigeant actuel du pays est Mouammar Kadhafi. La religion dominante est l’islam.

 

Vous l’avez compris, ces deux pages s’adressent à la révolution toujours actuelle en Libye, qui fait chaque semaine, toujours plus de morts. Ne pas oublier qu’aujourd’hui dans le monde, certaines personnes meurent chaque jour dans le but d’obtenir leur liberté.

 

La situation au 1er mai 2011

La situation au 1er mai 2011

Légende : en vert, les villes sous contrôle du colonel Kadhafi et de ses partisans, en jaune, les villes en combat, et en rouge, les villes aux mains des insurgés.

 

Depuis 1969, ce pays d’Afrique du Nord, au régime assez particulier, est dirigé, voire « museler » par le colonel Mouammar Kadhafi. En effet, ce dernier, ayant voulu changer radicalement la politique de son pays, instaure un régime très autoritaire. Par exemple, la liberté de la presse est quasi-inexistante, et le culte de la personnalité est très actif. Cela va donc faire plus de quarante ans que la même personne est à la tête du même état. De plus, si l’on observait avant février les pays proches de la Libye, tels la Tunisie, l’Egypte ou encore l’Algérie, il était force de constater que ce n’était pas le seul chef d’état à s’éterniser sur le trône…

Le colonel Kadhafi en 2009

Le colonel Kadhafi en 2009 

 

C’est en 2011, après le renversement des chefs d’état tunisiens et égyptiens, que les mouvements de révolte débutent en Libye. On assiste à de véritables combats entre les insurgés et les forces de Kadhafi. Cependant, la situation semble largement plus compliquée que dans les autres pays arabes. En effet, car en Libye, le dictateur a lui aussi de nombreux partisans, et étant donné qu’il occupe la fonction de colonel, la plupart de l’armée le soutient. Il s’agit donc d’une véritable guerre civile, et Kadhafi n’hésite pas à faire des massacres de civiles.

 

Petite fille à Benghazi montrant une affiche 

Petite fille à Benghazi, berceau de la révolution, montrant une affiche

 

Cependant, l’Europe, les Etats-Unis, le monde entier et l’ONU sont soucieux de la situation actuelle, catastrophés par le nombre de victimes civiles qui ne cesse d’augmenter. Le 10 mars, la France est le premier pays à reconnaître le conseil national de transition, opposé à Kadhafi. Le 17 mars, une résolution au Conseil de Sécurité de l’ONU est adoptée, autorisant la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne, dans le but d’attaquer l’armée libyenne, et de mettre fin aux massacres de civiles. Le 19 mars débutent les offensives. Le 27 mars, l’affaire est reprise par l’OTAN.

 

Manifestations à Washington D.C. le 19 février

Manifestations à Washington D.C. le 19 février

 

Aujourd’hui, la crise est en train de s’éterniser. Bien que certaines possibilités de sorties de crise émergent, on est encore très loin d’une paix et liberté totale en Libye.

Ecrit par Vincent Pérot.

 

 

 

Attention : Cet article est sous droits d'auteur. Toute reproduction partielle ou complète est interdite. Veuillez, au préalable, nous demander l'autorisation par l'intermédiaire du lien contact, ou en nous envoyant un message sur petitescroix-journal@laposte.net, mais nous ne garantissons en aucun cas une réponse favorable à votre demande. Merci.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×