Les principaux camps d'extermination sous le régime nazi

Article exclusif, non présent dans le journal

  Pour mettre en oeuvre la solution finale, il est devenu inévitable pour les nazis de créer de nouveaux camps. On a eu alors l'idée de créer exclusivement des camps conçus pour exterminer, que l'on peut appeler "machines à tuer". Ces camps, principalement situés dans le territoire de la Pologne actuelle, ont été le calvaire de nombreux juifs, et ont été responsables de la destruction complète de familles entières. Certains sont connus, d'autres moins, et pourtant, hormis leur lieu de position, ils ont tous un triste point commun : ils ont tous tués des dizaines de milliers de personnes. La mémoire de ces malheureux est indispensable. C'est pour cette raison qu'il faut que vous connaissiez les principaux camps d'extermination, lieux de haine, de peur, de tristesse et de désespoir.

© Dennis Nilsson et Prokonsul Piotrus

Les principaux camps d'extermination, en Pologne actuelle

Pour parler de ce sujet, nous allons principalement étudier la carte ci-dessus. Mais que réprensente-t-elle ? On peut distinguer quatre symboles importants différents : le premier, qui correspond à une tête de mort dans un carré noir, représente bien le terme de camps d'extermination. Le deuxième, un carré noir, représente d'importants camps de concentration présents dans le secteur, dont nous ne parlerons pas dans cet article. Le troisième, qui est un cercle rouge avec, visible au centre, une étoile de David, représente les principales villes avec un ghetto, où sont enfermés les "indésirables". Enfin, le quatrième, qui est très important pour la compréhension de la carte, est tout simplement des flèches, qui montrent vers quel camp vont les juifs d'un certain secteur et/ou ghetto. On distingue donc aisément 6 camps d'extermination sur la carte : Auschwitz, Sobibor, Treblinka, Majdanek, Chelmno ainsi que Belzec, à savoir qu'Auschwitz et Majdanek assumaient le rôle de camp d'extermination et de concentration, tandis que les autres avaient un but exterminatoire. Un autre camp, situé en Biélorussie, est à rajouter, nommé Maly Trostenëts. Mais pourquoi donc, hormis Auschwitz, les autres camps d'extermination sont-ils méconnus ? On peut trouver deux réponses à cette question :

- Le manque de survivants. Extermination signifie tuer. Malheureusement, les camps jouaient leur rôle à merveille, et avec un zèle inoui. Hormis Auschwitz et Majdanek, lorsque l'on arrivait dans un camp d'extermination, le but premier pour les nazis n'étaient pas que l'on y travaille et donc que l'on y survive, mais que l'on y meurt. Très peu, voire aucune chance de survie n'était alors possible.

- Le fonctionnement des déportations. Dis comme cela, c'est assez difficile à comprendre. Pourtant, si l'on observe bien la carte, en particulier les flèches, on remarque que la plupart des déportés viennent des ghettos. Cependant, un seul camp, qui est le plus meurtrier d'entre eux, fait exception à la règle : Auschwitz. On remarque que les flèches se perdent dans les extrémités de la carte. En vérité, la majorité de leurs bases viennent d'Europe occidentale. Ainsi, une grande partie des juifs de l'Europe de l'Ouest étaient dirigés vers Auschwitz uniquement, rarement ailleurs. C'est pour cela qu'il s'agit du plus connu et du plus meurtrier des camps d'extermination.

Mais par qui étaient dirigés ces camps-là ? Combien y a-t-il eu de victimes ? Peut-on encore les visiter ? Réponses ci-dessous.

 

Auschwitz-Birkenau

Dates de fonctionnement : de mai 1940 à janvier 1945

Dirigé par : de 1940 à 1943 --> Rudolf Hoss ; de 1943 à 1945 --> Arthur Liebehenschel et Richard Baer.

Nombre de victimes : 1 100 000

Visite du camp : possible

A savoir : Le camp d'Auschwitz-Birkenau est inscrit dans la liste du patrimoine mondiale de l'Unesco, et fait partie des principaux symboles du génocide juif. A savoir aussi qu'il était divisé en trois : Auschwitz I, Auschwitz II (Birkenau) et Auschwitz III (Monowitz). 

 

Entrée Auschwitz I

Entrée d'Auschwitz I.

Signification du bandeau : "le travail rend libre".

 

Vue générale de l'entrée d'Auschwitz II 

Vue générale de l'entrée d'Auschwitz II.

 

Treblinka

Dates de fonctionnement : de juillet 1942 à novembre 1943

Dirigé par : de 1941 à 1942 --> Irmfried Eberl ; de 1942 à 1943 --> Franz Stangl ; 1943 : Kurt Franz

Nombre de victimes : plus de 900 000

Visite du camp : impossible car détruit. Cependant, vous pouvez toujours allez voir le mémorial.

A savoir : A l'origine, Treblinka était lui aussi un camp de concentration réservé premièrement aux accusés de crime. C'est après que le camp de Treblinka II est créé, qui, lui, a un but exterminatoire. Cependant, le camp de Treblinka reste identifié comme un camp d'extermination. De plus, il y eut une insurrection dans ce camp qui a permis à environ 600 personnes de s'échapper. Cela leur a sauvé leur vie, car, à l'arrivée des troupes russes pour la libération du camp, il ne restait que 40 survivants.

© Jacques Lahitte

Ancienne voie férée en direction de Treblinka. (By Jacques Lahitte (Own work) [CC-BY-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons) 

 

Sobibor

Dates de fonctionnement : de mai 1942 à octobre 1943

Dirigé par : 1942 (durant la construction) --> Richard Thomalla ; de 1942 à 1943 --> Franz Stangl

Nombre de victimes : environ 250 000

Visite du camp : impossible car détruit. Cependant, vous pouvez toujours allez voir le mémorial.

A savoir : A l'instar de son voisin Treblinka, il y eut aussi une insurrection. 300 déportés ont ainsi réussi à s'échapper, mais seulement 47 survécurent. La sentence des SS fut terrible pour les déportés restés au camp. Un film à ce sujet fut d'ailleurs tourné : "Les rescapés de Sobibor", réalisé par Jack Gold, et diffusé en 1987.

 

© Jacques Lahitte

Ancienne voie ferrée en direction de Sobibor (Par Jacques Lahitte (Travail personnel (Photo personnelle)) [CC-BY-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons) 

 

© Jacques Lahitte

Mémorial à l'ancienne entrée du camp (Par Jacques Lahitte (Travail personnel (Photo personnelle)) [CC-BY-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

 

Chelmno

Dates de fonctionnement : de décembre 1941 à avril 1943 ; d'avril 1944 à javier 1945

Dirigé par : de 1941 à 1942 : Herbert Lange ; de 1942 à 1943, et de 1944 à 1945 : Hans Bothmann.

Nombre de victimes : environ 300 000

Visite du camp : impossible car détruit. Cependant, vous pouvez visiter le mémorial et le musée.

A savoir : Ce camp fut le premier d'extermination à être mis en service. Les déportés se rendaient dans le sous-sol d'un grand château, non loin de la ville de Chelmno. Ensuite, ils entraient dans un camion qui les conduisait à la fosse commune. Durant le trajet, le camion diffusait un gaz mortel. Ces véhicules portent le nom de "chambres à gaz mobiles". On ne dénombre que trois survivants.

 

Plan du camp 

Plan du camp (cliquez dessus pour agrandir)

 

Plan du sous-sol du château 

Plan du sous-sol du château (cliquez dessus pour agrandir)

 

Enfants déportés vers Chelmno 

Enfants déportés vers Chelmno

 

Majdanek

Dates de fonctionnement : de 1941 à 1944

Dirigé par : de 1941 à 1942 --> Karl Otto Koch ; 1942 --> Max Koegel ; de 1942 à 1943 --> Hermann Florstedt ; de 1943 à 1944 --> Martin Weiss ; 1944 --> Arthur Liebehenschel

Nombre de victimes : plus de 75 000

Visite : possible

A savoir : Comme son cousin Auschwitz, Majdanek était lui aussi un camp d'extermination et de concentration. De plus, lors de l'approche de l'armée rouge, les SS avaient incendié de nombreux batiments. Néanmoins, quelques-uns ont été conservés, comme par exemple, le crématorium.

 

© Ralf Lotys

Vue générale du camp (Par Ralf Lotys (Sicherlich) (Travail personnel) [CC-BY-2.5 (www.creativecommons.org/licenses/by/2.5)], via Wikimedia Commons) 

 

© Vincent de Groot 

Vue en hiver (source : © Vincent de Groot)

 

 

Belzec

Dates de fonctionnement : de mars 1942 à décembre 1942

Dirigé par : de 1941 à 1942 (durant la construction) --> Richard Thomalla ; 1942 --> Christian Wirth puis Gottlieb Hering.

Nombre de victimes : plus de 400 000

Visite : impossible car détruit

A savoir : Belzec fait partie des camps les plus méconnus malgré son nombre outrageusement élevé. La princiaple explication à ce fait est le manque de survivants.

 

 

© Ulranen

Mémorial du camp (Par Ulranen (Travail personnel) [CC-BY-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons) 

 

Tziganes à Belzec

Tziganes à Belzec

 

Maly Trostenëts

Dates de fonctionnement : de mai 1942 à juillet 1944

Dirigé par : inconnu

Nombre de victimes : plus de 40 000

Visite : impossible car détruit. Cependant, vous pouvez toujours visiter le mémorial.

A savoir : Contrairement à ses confrères, la principale mortalité dans ce camp était l'éxécution sommaire. La mort par asphyxie arrive en deuxième position.

 

La plupart de ces camps étaient dirigés par des SS (Section Spéciale).

En conclusion, ces camps ont pris la vie d'environ 3 065 000 personnes. Comment songer que l'Europe ait été l'objet d'un génocide aussi meurtrier que celui-là ? Le plus important à retenir est la mémoire. Elle est indispensable.

 

Ecrit par Vincent Pérot.

Source des photos : voir en-dessous de chaque photo.

 

Attention : Cet article est sous droits d'auteur. Toute reproduction complète ou partielle est interdite. Veuillez, au préalable, nous demander l'autorisation par l'intermédiaire du lien contact, ou en nous envoyant un message à petitescroix-journal@laposte.net, mais nous ne garantissons en aucun cas une réponse favorable à votre demande. Merci.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×